« The Silver Surfer » de Stan Lee et Moebius

Publié le par Jean-Michel Gouvard

moebieus-parabale.jpgMarvel a eu la bonne idée, la semaine dernière, de rééditer « Parable », la mini-série en deux parties que Stan Lee et Moebius avaient publiée en 1988. Une idée d’autant plus louable que l’éditeur a opté pour un format souple de revue, à prix plus que sympathique : 7,99 dollars. Cette réédition est par ailleurs enrichie de plusieurs « bonus », avec des textes de Lee et Moebius, les couvertures des éditions princeps, et des illustrations originales de Moebius représentant divers super-héros de la Terre 616. Ce matériau avait déjà été publié dans des TBPs antérieurs, mais c’est une excellente initiative que de l’avoir ressorti pour cette réédition anniversaire, qui célèbre tout autant les 25 ans de l’œuvre, que la mémoire de Moebius, disparu voici un peu moins d’un an, le 10 mars 2012.

 

On notera que, pour cette réédition qui renoue avec le format propre aux comics, Marvel a également opté pour un retour au titre d’origine, « The Silver Surfer », soit la seule mention qui figure sur les deux numéros de la mini-série d’origine, et non pas « « The Silver Surfer : Parable », l’intitulé sous lequel elle fut publiée quelques mois plus tard. Une attention à laquelle on ne peut qu’être sensible quand on sait que Moebius tenait à ce que son travail soit publié tout d’abord en fascicules, comme un « vrai » comics américain, et non pas directement en album, ainsi que Stan Lee en avait eu l’idée dans un premier temps.

 

Car, pour nous, Français et francophones, tout l’intérêt de ce petit volume est là, dans la participation aussi ponctuelle qu’heureuse de l’un des plus grands auteurs et dessinateurs de bande dessinée de l’Hexagone à un comics scénarisé par Stan Lee, qui était déjà à l’époque une légende vivante du comic book. « Parable » fait ainsi partie de ces œuvres inclassables, qui semblent comme exister entre deux mondes qui, tout en étant apparentés, sont suffisamment différents pour ne pas se confondre l’un avec l’autre. En effet, ce qui frappe en la lisant, c’est la curieuse impression d’un entre deux. Le scénario de Stan Lee ne déroge en rien aux conventions du comic book : il démarre sur les chapeaux de roues, pose très vite une situation conflictuelle, qui va conduire le Surfer, exilé sur Terre, à sortir de son anonymat et à s’opposer à Galactus, lequel a ourdi un plan machiavélique pour s’emparer de notre planète tout en donnant le sentiment de respecter le vœu qu’il avait fait de ne pas la détruire.

 

moebius-silversurfer-parable-07.jpgLa seule différence, avec d’autres scénarios de Lee, tient à la place qu’y occupent les affrontements entre Galactus et le Surfer, deux entités si puissantes qu’elles égalent presque des dieux. Ces scènes sont en effet moins développées qu’elles ne l’eussent été dans un autre contexte, l’auteur ayant souhaité privilégier les dialogues et les confrontations non pas physiques mais, pourrait-on dire, morales entres les personnages. Un choix que Stan Lee a fait sciemment, afin de permettre à Moebius de développer tout son art, lui offrant un récit où l’on débat autant par la parole que par des jets d’énergie cosmique.

 

De son côté, ainsi qu’il l’explique dans une longue présentation abordant les différentes aspects de son travail, Moebius est resté fidèle à son style ou, du moins, à celui qu’il adopte lorsque justement il prend le pseudonyme de Moebius. Il nous livre ainsi des planches qui sont souvent très expressives tout en étant très économes de moyens, et il fait la part belle à des dessins relativement dépouillés, où l’on ne retrouve pas ce goût du détail que nombre de grands artistes du comic book ont su exploiter avec efficacité, tels que John Byrne ou Jim Starlin. On a ainsi le sentiment curieux – et qui peut dérouter – d’une bande dessinée qui raconte une histoire américaine dans un style européen. C’est exotique, singulier, tout autant que la nature même de ce récit, où la réflexion éthique prédomine sur l’action pure.

 

A découvrir ou redécouvrir justement parce que ce n’est pas un comics comme les autres.

Rejoignez la communauté marvelouscomics sur Facebook et sur Twitter !

Publié dans Revues & Albums

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article