Review : « Red Sonja#68 »

Publié le par megaglob

prv13396 covMême si « Red Sonja » accuse un retard de plusieurs mois par rapport aux sollicitations publiées par Dynamite, la série n’en continue pas moins son petit bonhomme de chemin. Avec ce numéro 68, débute un nouvel arc, « Swords against the Jade Kingdom », qui fait suite au Prologue publié dans le numéro précédent. Après trois jours d’errance sur un radeau de fortune, Red Sonja et ses trois compagnons abordent les côtes du Khitai, et poursuivent leur exploration des terres inconnues du levant. Une situation qui ouvre le champ à bien des possibles.

 

Le scénario d’Eric Trautmann, malheureusement, déçoit quelque peu, non pas qu’il distille le moindre ennui, mais il ne brille guère par son originalité. Dans ce premier épisode, Red Sonja et ses compagnons de voyage sont accueillis dans un village de pêcheur du Khitai, et, comme il se doit, ils vont apprendre du vieil homme qui est à sa tête que la région est terrorisée par une horde d’envahisseurs, laquelle se livre aux pires exactions. Et, toujours sans grande surprise, Red Sonja se lance sur les traces de ces barbares, et les attaque. L’épisode se clôt sur le cliff hanger de service, si je puis dire, l’homme à la tête des rufians se révélant être une tout autre personne que celle escomptée…

 

prv13396 pg1L’ensemble est bien mené, avec les rebondissements d’usage, mais sans réelle originalité : les fans de Red Sonja ont déjà lu des variantes de ce scénario maintes et maintes fois, et l’on ne peut qu’espérer qu’Eric Trautmann saura sortir de ces sentiers battus et rebattus. Son scénario, qui entraîne notre héroïne loin de ses terres d’élection, lui permet néanmoins de jouer quelque peu la carte de l’anthropologie, en entraînant le lecteur dans de nouvelles contrées, à la rencontre de peuplades plus ou moins exotiques. C’était particulièrement le cas dans le prologue, avec les guerriers à la bouche cousue ; c’est moins sensible dans cet opus, mais le village de pêcheurs, lové le long d’une rivière sinueuse, dans une région de marécages, a quelque chose d’authentique qui est plutôt réussi. D’autant que Trautmann s’inspire de certains clichés relatifs aux peuples orientaux pour caractériser la population.

 

prv13396_pg2.jpgMalheureusement, côté dessin, Marcio Abreu se montre plutôt maladroit. Cet artiste privilégie avant tout les personnages, dont les corps envahissent le plus souvent l’espace des vignettes, y compris dans les splashes pages. Il travaille très peu les décors, lesquels sont seulement esquissés, voire absents dans un certain nombre de cases. Cela empêche la dimension « anthropologique » du récit de vraiment s’installer, et de poser une atmosphère qui eût pu lui donner quelque originalité. Quant aux personnages, ils sont parfois représentés de manière maladroite, avec des poses qui ne sont pas toujours très naturelles, et qui manquent quelque peu de force et de dynamisme. Et les enchaînements, d’une vignette à l’autre, ne sont pas toujours bien rendus.

 

Signalons, pour terminer sur une note quelque peu humoristique, un tic de style particulièrement désagréable. A plusieurs reprises, Marcio Abreu représente le bikini de Red Sonja qui vole au vent, dévoilant… une petite culotte blanche immaculée ! Si ce trait stylistique convient au manga, où il est d’usage de représenter des collégiennes en uniforme qui dévoilent leur petite culotte, grâce à une contre-plongée pour le moins opportune sous leur jupette, cette convention n’a rien à faire dans un comics, et a fortiori dans « Red Sonja ». Et, plutôt que d’exposer ainsi un improbable dessous (les femmes ne portaient pas de petits culottes à l’époque de la belle Sonja, le sous-vêtement étant une invention relativement récente), Marcio Abreu aurait été plus inspiré de laisser à sa place son bikini en côte de maille – lequel a peu de chance de s’envoler, vu son poids.

 

Note globale : 3,5 pour le scénario, 2,5 pour le dessin, soit 3/5.

 

Rejoignez la communauté marvelouscomics sur Facebook et sur Twitter !

Publié dans Revues & Albums

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article