L’art de Mark Bagley dans « Avengers Assemble »

Publié le par megaglob

avengers-assemble-4.jpgLa série « Avengers Assemble », qui rencontre déjà un franc succès outre atlantique, et que les lecteurs francophones découvriront ce mois-ci dans la revue « Avengers » de Panini, a été confiée à un artiste renommé, Mark Bagley. Ce « vieux de la vieille », qui est aujourd’hui âgé de cinquante-cinq ans, s’est illustré entre autres sur les Thunderbolts, dont il a dessiné les cinquante premiers épisodes, ou encore « Amazing Spider-Man », sur lequel il a mené naguère un run d’une soixantaine de numéros. Après un détour par DC (on se demande bien pourquoi), Bagley est revenu chez Marvel depuis l’année dernière, où il a donc lancé « Avengers Assemble », sur un scénario de Brian Michael Bendis. Avant de participer cet automne au relaunch de « Fantastic Four », en collaboration avec Matt Fraction.

 

Hormis l’inventivité de l’histoire concoctée par Brian Bendis, la qualité de la prestation de Mark Bagley est assurément l’une des clés du succès remportée par « Avengers Assemble ». S’il fallait résumer le style de cet artiste, on pourrait dire qu’il est très « comic book » dans l’âme. Reste à définir quels caractéristiques stylistiques produisent cette impression.

 

avengersass1aComme on le voit sur la planche ci-contre, le rendu global de la page fait preuve d’un grand dynamisme. Cela est dû à plusieurs éléments relatifs à la composition :

 

 (i)              Les images sont de taille variée, à la fois par la dimension qui est la leur, laquelle varie du petit insert (case 2) au quart de page (case 3), mais aussi par l’orientation qu’elles privilégient : les vignettes du haut imposent un mouvement vertical, que les deux du bas viennent contrarier, puisqu’elles sont plus larges que hautes, et qu’elles structurent donc l’espace horizontalement.

 

 (ii)                Le cadrage est continuellement changeant : non seulement les plans généraux alternent avec des plans plus resserrés, de type plan américain (case 2) ou plan poitrine (dernière case), mais le point de vue adopté, c’est-à-dire le point focal à partir duquel l’image est conçu, varie constamment, ce qui multiplie les perspectives sur l’action.

 

 (iii)               Enfin, on perçoit aisément, sur les deux grandes vignettes du haut, trois lignes courbes qui contribuent également à structurer la page, chacune d’elle correspondant à trois éléments différents de l’action : la traînée « aquatique » laissée par l’antagoniste ; le déplacement d’air généré par le saut de Hulk ; et les flammes puis la fumée qui s’élève d’un véhicule accidenté.

 

Tout ceci concourt à suggérer à la fois l’action inhérente à la scène, et le chaos qui règne sur le champ de bataille.

 

noir et blanc avengers assembleMais Mark Magley soigne aussi certains détails relatifs à l’exécution même du dessin, afin d’en assurer la lisibilité. Les ombres, tout d’abord, qui sont utilisées avec à propos, sans surcharge, contribuent à donner à de la profondeur de champ aux images, en détachant un plan par rapport à l’autre. Elles accentuent même parfois la dramatisation de l’action, comme par exemple dans la troisième vignette, où les ombrages mettent en relief le dos musculeux de Hulk, et donnent à sa soudaine apparition une force et une densité qu’elle n’aurait pas eu sans cela.

 

Par ailleurs, les textures sont  habilement suggérées, par la nature même du tracé, que ce soit pour représenter le grain de la peau rugueuse de Hulk, avec de fines hachures qui prolongent les zones d’ombres ; les tissus des vêtements, avec des traits tout aussi fins, mais plus nombreux, qui se substituent en partie aux ombrages ; ou encore la terre, avec cette fois-ci des traits plus étirés, et en général sans hachures. Quant à l’eau ou au feu, ils sont représentés par de fines dentelles, qui suggèrent, selon les cas, tout aussi bien l’élément liquide que les turbulences des flammes.

 

Au final, ces techniques donnent une belle consistance à l’univers représenté, tout en l’inscrivant dans une dynamique globale indispensable à ce type de récit.

 

Article lié : « Avengers 3 » : « Avengers Assemble » débarque en France

 

Rejoignez la communauté marvelouscomics sur Facebook et sur Twitter !

Publié dans Analyses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

david 02/09/2012 14:28

Excellente analyse ! C'est vrai que le dessin de Mark Bagley est à la fois puissant et élégant.

Hors sujet mais tant pis : le sous titre de Captain America 2 est Winter Soldier !! Celui de Thor 2 est Dark World.

Alléchant, non ?

Sorties respectives prévues en 2014 et 2013. Quand à Avengers 2, il faut attendre 2015.

megaglob 03/09/2012 09:21



Espérons que Cap 2 sera meilleur que le premier film. S'il s'agit vraiment d'une adaptation du "Winter soldieré de Brubaker, c'est plutôt une bonne nouvelle : la série est excellente.