Dark Avengers#186 par Jeff Parker et Mirco Pierfederici

Publié le par Jean-Michel Gouvard

dark-avengers-186-a.jpgDans ce nouvel épisode des « Dark Avengers », qui est paru cette semaine, Jeff Parker nous entraîne toujours avec le même bonheur dans ce Manhattan sorti tout droit d’un univers parallèle à la Terre 616, où il a expédié ses Vengeurs Noirs. Rappelons que, dans ce monde, les super-héros qui nous sont les plus familiers règnent sur les différents quartiers de New-York en véritables seigneurs féodaux, qui ne cessent de guerroyer entre deux trêves. Quand, comme Captain America ou la Torche, ils n’ont pas été tués au combat. Et, de ce point de vue, Parker a su trouver de nouvelles idées réjouissantes, qui font de certaines scènes des pastiches plutôt jubilatoires de l’univers Marvel lui-même. On pense par exemple à celle où Grimm, devenu le seigneur du royaume souterrain de l’Homme-Taupe, fait prisonnier Reed Richards avec l’aide de Skaar, et lui écrase la tête sous son pied. Ou encore celle où une Susan à la peau bleutée apparaît aux côtés de Namor, qu’elle a rejoint après avoir quitté Reed Richards !

 

En ce qui concerne la destinée des Dark Avengers, la fausse Sorcière rouge continue de prendre de l’empire sur ses comparses, mais c’est néanmoins tous ensemble qu’ils ourdissent un plan pour fuir ce monde délirant – en ne songeant toutefois qu’à eux-mêmes, sans guère se soucier de Moonstone et de Skaar qui, comme on l’a vu lors de l’épisode précédent, sont manipulés par le Docteur Strange pour faire éclater un conflit entre Iron Man et Grimm, en espérant que les deux partis vont s’annihiler l’un l’autre. On retrouve là le goût de Parker pour les situations apparemment désespérées, dont il a ensuite le chic pour faire sortir ses personnages par des voies tout aussi inattendues qu’amusantes.

dark-avengers-186-detail-1.jpg

Le chapitre s’achève par ailleurs sur un cliff-hanger d’une tout autre dimension puisque, pour la seconde fois, le scénariste nous place en présence d’une organisation qui semble manipuler les super-héros de ce monde parallèle – sans que ceux-ci en aient aucunement conscience, bien entendu. A l’exception de Reed Richards, pour l’heure captif d’un Ben Grimm vindicatif et peu disposé à l’écouter…

 

dark-avengers-186-detail-2.jpgSi Parker ne baisse pas sa garde côté scénario, on ne peut que déplorer, en revanche, que Neil Edwards n’ait trouvé le temps de dessiner que les deux dernières planches de cet épisode. Soit parce qu’il était débordé, soit qu’il avait besoin d’un peu de vacances. L’essentiel du chapitre a donc été pris en charge par Mirco Pierfederici, qui livre un travail brouillon, sans réelle qualité. Comme on le voit sur les illustrations reproduites ici, ses dessins manquent de finesse, de détails, et d’élégance, et ses encrages sont aussi appuyés que grossiers. Bien des cases donnent l’impression d’avoir été rapidement crayonnées, puis encrées ensuite à la vite, avec un trait épais qui ne différencie pas les différents plans, et qui ne cherche pas non plus à valoriser les points focaux des images. Un vrai travail de tâcheron.

 

Fort heureusement, Neil Edwards reviendra dès la semaine prochaine – pour notre plus grand plaisir.

Rejoignez la communauté marvelouscomics sur Facebook et sur Twitter !

Publié dans Actus & Checklists

Commenter cet article