Avengers 3 : « Avengers Assemble » débarque en France

Publié le par megaglob

189406 10151086198999648 1908032652 nLe premier épisode de la série « Avengers Assemble », publié ce mois-ci en français dans la revue « Avengers » des éditions Panini, est sans doute l’événement de la rentrée. Lorsque ce titre est sorti aux Etats-Unis, il a été diversement accueilli, certains critiques l’ayant éreinté, avec des notes entre 1 et 2 sur 5, au prétexte que l’on y retrouve une équipe d’Avengers qui est calquée sur celle du film. Et, en France, on a déjà pu trouver le même genre de préjugés sur certains forums. Mais le propre d’un préjugé, c’est qu’il empêche de juger.

 

Et, aujourd’hui, ceux qui ont critiqué l’épisode que vous découvrirez ce mois-ci sont les premiers à reconnaître les mérites de cette série. Non seulement parce qu’elle est devenue un succès commercial – le public, pour sa part, ne s’est pas trompé sur la qualité du titre –, mais aussi parce que Brian M. Bendis et Mark Bagley ont su imposer leur style.

 

avengersass1a.jpegC’était en effet oublier un peu vite que Brian M. Bendis avait largement contribué à relancer la franchise « Avengers » dans les années 2000, que de s’imaginer que celui qui est en quelque sorte le « père spirituel » se lançait dans une nouvelle aventure sans avoir d’autre objectif que de surfer sur l’engouement que susciterait la sortie du blockbuster « The Avengers ». Avec « Avengers Assemble », Brian Bendis a su renouer avec l’esprit ludique des comics des années 70 et 80, en proposant une équipe de vengeurs pleine d’enthousiasme, et un récit plein de rebondissements. Et, ce faisant, il révèle une capacité insoupçonnée à se renouveler lui-même, vu que les derniers épisodes des « Avengers » et « New Avengers » tendaient à marquer quelque peu le pas question inspiration.

 

Certes, ce premier épisode peut sans doute donner l’impression d’être une énième histoire de super-gentils et de super-vilains, mais il s’achève sur un cliff-hanger aussi inattendu que sympathique, qui préfigure l’orientation que va prendre le récit : d’un épisode à l’autre, les Avengers iront de surprise en surprise, et le scénario de Brian Bendis va prendre une dimension tout bonnement cosmique – au sens propre du terme.

 

avengersass1b.jpegMark Bagley était assurément le dessinateur qui convenait à cette série, qui redonne toute leur fraîcheur aux vengeurs, avec, par exemple, un Hulk qui n’a rien à voir avec le géant vert tourmenté d’aujourd’hui, et qui renoue avec le monstre à mi-chemin entre Mister Hyde et la créature de Frankenstein de la grande époque. On a déjà pu apprécier cet artiste, dont le style très comic book dans l’âme a fait merveille sur des séries comme les « Thunderbolts » ou « Amazing Spider-Man ». Il confirme ici son talent, avec un dessin efficace, qui va à l’essentiel, en privilégiant le rythme et le rendu global, plutôt que de s’attarder au détail. Il est, dans cette perspective, très bien servi à l’encrage par Danny Miki, qui a su préserver la netteté de son tracé, ainsi que par Paul Mounts, dont les couleurs toujours assez chromo s’adaptent très bien à l’esprit seventies de la série.

 

Au final, on a donc un début d’histoire très prometteur – et dont je peux déjà vous certifier qu’elle fera plus que tenir ses promesses dans les mois à venir.

 

Rejoignez la communauté marvelouscomics sur Facebook et sur Twitter !

Publié dans Revues & Albums

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article